Depuis 2013, 117 nids artificiels à hirondelles de fenêtre ont été installés dans le Parc. Un suivi de ces nids est annuellement réalisé, 11 ont été occupés cette année contre 2 depuis le début du projet. L’hirondelle de fenêtre figure sur la liste rouge des espèces menacées de Suisse, des actions à la portée de tous peuvent leur être bénéfique.
hirondelle fenetre vol 40364

Menaces sur l’hirondelle de fenêtre

L’hirondelle de fenêtre est anthropophile, elle s’est habituée depuis longtemps à partager les habitations des hommes et donc les milieux bâtis. Cette mangeuse d’insectes friande des moustiques a la particularité de construire ses nids en agglutinant des boulettes de terre humide avec de la salive, à l’extérieur des bâtiments, sous la toiture. Malheureusement, elle souffre aujourd’hui du bétonnage des chemins, de la diminution des insectes, de l’agriculture intensive mais aussi du manque de façades propices à la construction de ses nids, l’homme craignant souvent les salissures. Tout autant de facteurs qui ont amené l’hirondelle de fenêtre à figurer sur la liste rouge des espèces menacées de Suisse avec un statut « potentiellement menacé » (NT). On estimait encore la population d’hirondelles de fenêtre de notre pays à un effectif compris entre 100'000 et 200'000 couples dans les années 1990. Depuis lors, ce nombre s’est réduit d’au moins un tiers.

Bilan du projet espèces cibles 2013 du Parc
En 2013, le projet espèces cibles du Parc a mené des actions en faveur de l’hirondelle de fenêtre. L’une d’entre elle a consisté à proposer à la population d’installer des nids artificiels. Au total ce ne sont pas moins de 117 nids qui ont été installés dans le territoire du Parc et qui sont annuellement suivi par leur propriétaire. Une fois un village déserté, il est connu que les hirondelles de fenêtre mettent des années avant d’essayer de s’y réinstaller. Utilisant beaucoup les cris pour communiquer entre elles, elles ont tendance à construire des nids là où des individus sont déjà présents. Depuis le début du projet, seulement deux nids artificiels étaient régulièrement occupés mais cette année, le suivi a montré que 11 nids ont été utilisés par des hirondelles sur Charmey, Rossinière, L’Etivaz et Grandvillard. Ces résultats sont encourageants pour les années futures et laissent penser que des nids naturels pourraient se créer à côté des nids artificiels occupés, pour autant qu’il y ait de la boue à disposition, augmentant ainsi progressivement le nombre d’hirondelles dans nos régions.

nid hirondelle artificiel 0011 4708f

Nids installés à Charmey qui ont été occupés cet été

Quelques mesures de protection simples
– Les hirondelles ont besoin d’avant-toits et de crépis rugueux sur les façades pour y construire leurs nids à l’abri des intempéries et des prédateurs comme les fouines et les chats.

– Les façades qui abritent des colonies peuvent être facilement protégées des salissures (fientes) au moyen de planches de protection d’une largeur de 25 cm, à fixer 60 à 80 cm sous les nids.

– Lors de l’installation de nids artificiels, en installer de préférence plusieurs (3 à 5) vu que les hirondelles aiment nicher les unes à côté des autres.

– Conserver et alimenter des flaques boueuses en mai lorsque les hirondelles cherchent à fabriquer leurs nids.

– Créer et entretenir des zones de prairies riches en fleurs qui attirent de nombreux insectes, nourriture exclusive des hirondelles.

(photos Ueli Rehsteiner et BirdLife Suisse)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

PARC NATUREL REGIONAL GRUYERE PAYS-D'ENHAUT

Place du Village 6 1660 Chateau-d'Œx
+41 (0) 26 924 76 93

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATIONS SUR LES ANIMATIONS ET INSCRIPTIONS


+41 (0) 848 110 888

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NEWSLETTER