Noëlle de Kostine fait partie de la quinzaine de bénévoles qui ont permis à quelque 8'000 amphibiens de traverser la route sans encombre aux Mosses, lors des printemps 2017 et 2018. Elle s’engagera à nouveau pour cette action du Parc qui sera reconduite en 2019 comme l’explique Lea Megali, responsable du projet.

Noelle_de_Kostine (1).JPG

Au printemps prochain, Noëlle de Kostine, fervente de nature, sera sur le terrain pour aider les batraciens

Plus de 4'200 en 2017 et 3'800 en 2018. Le nombre des amphibiens, transportés par les bénévoles d’un côté à l’autre de la route des Mosses, justifie largement de réinstaller la barrière provisoire au printemps 2019, annonce Lea Megali, cheffe de projet agriculture et biodiversité. Du matériel pourrait d’ailleurs être définitivement acheté pour déployer les 220 mètres de bâche qui canalisent les grenouilles et autres batraciens.

Noëlle de Kostine, habitante de Château-d’Œx, a formé une équipe avec deux bénévoles venant de La Lécherette. Nous nous rendions tôt le matin à la barrière. Nous la suivions et tous les 5, 6 mètres, nous récoltions les amphibiens tombés dans les seaux, puis nous les transportions vers les zones humides. Au début les deux personnes qui m’accompagnaient n’osaient pas prendre les animaux dans les mains. Moi avec des gants, cela m’allait de le faire, dit-elle en s’amusant. Sans doute les connaît-elle mieux depuis qu’elle peut les observer dans le grand étang aménagé dans son jardin. A la fin de l’action qui a duré de mi-avril à mi-mai 2018 tout le monde parvenait à les prendre.

Les Mosses amphibiens classe 9795 2ccbb

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette action permet également de sensibiliser la jeune génération

 

La première étape en 2017 a consisté à savoir où installer la barrière, ce qui n’a pas été facile et qui peut encore être amélioré pour 2019. Lea Megali : La grosse surprise a été que les batraciens s’immergent dans La Raverette, un cours d’eau qui mène au lieu de ponte, puis sortent pour traverser la route, là où le ruisseau est canalisé. Du jamais vu selon le bureau de conseil avec qui nous travaillons. Heureusement les habitants des lieux ont apporté leurs observations.  

Sur les deux printemps, un tiers des ramassages se font à l’extérieur de la barrière. Ce sont deux bénévoles qui tous les soirs s’occupent des batraciens qui traversent d’un autre côté. Nous allons essayer de régler cette difficulté cette année.

Les bénévoles - ils sont une quinzaine venant de la région des Mosses et du Pays-d’Enhaut - reprendront du service comme Noëlle. Pourquoi s’engage-t-elle ? J’adore les animaux, tous les animaux, même les serpents pour qui j’ai un grand respect. Et j’ai trouvé cette idée tellement bonne. Dans les années 1990, je me rendais à des cours. Je devais passer en voiture par le col des Mosses, j’ai vu l’hécatombe… Il y en avait tellement, je ne pensais pas que ces animaux seraient en voie de disparition.

Autre avantage de cette action : obtenir des informations qui seront ensuite transmises au canton de Vaud qui pourra peut-être un jour agir. Il semble difficile d’installer un crapauduc à cet endroit… mais ce serait une super solution. Non seulement pour la migration vers les lieux de ponte, mais également pour la migration de retour, explique Lea Megali.

Pourquoi ne pas installer une barrière provisoire pour la migration de retour ? est une question que posent souvent les bénévoles. Trop compliqué, répond Lea Megali. La migration de printemps est une migration de masse, les individus se réveillent en même temps. Alors que la migration de retour se fait par vague. Exemple avec la grenouille rousse qui revient peu de temps après avoir pondu. Alors que le crapaud reste tout l’été avant de retourner dans son lieu d’hivernage. C'est un investissement en temps trop lourd pour des bénévoles . Et ce qui est le plus important, c’est surtout que les amphibiens se soient reproduits et puissent se disperser ailleurs.

Plus d'infos sur l'action en 2018

S'engager comme bénévole pour les actions du Parc 

PARC mention Infra Def1 QUADRI meo20170314 73431

PARC NATUREL REGIONAL GRUYERE PAYS-D'ENHAUT

Place du Village 6 1660 Chateau-d'Œx
+41 (0) 26 924 76 93

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

INFORMATIONS SUR LES ANIMATIONS ET INSCRIPTIONS


+41 (0) 848 110 888

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NEWSLETTER